Pokolj

Les institutions du peuple serbe, le public scientifique et spécialisé, ainsi que la société serbe dans son ensemble, n'ont pas encore désigné terminologique ment le crime de génocide commis contre les Serbe orthodoxes par l'Etat indépendant de Croatie.

Et tandis que le génocide contre les Juifs a été nommé et fait connu planétairement comme l’Holocauste (ou Shoah), et le génocide contre les Roms est connu comme le Porajmos depuis des décades, le génocide contre le peuple serbe n'a pas eu de désignation terminologique exclusive et distinctive jusqu’au présent.

Motivée et guidée par ces faits, et désirant de souligner l'importance de cette question, l'Assemblée de l'Association Jadovno 1941 de Banja Luka a décidé de nommer le crime de génocide commis contre les serbe orthodoxes pendant la Seconde guerre mondiale par l'Etat indépendant de Croatie comme:

Le Pokolj
(phonétiquement : /pokoʎ/, traduction française : le Carnage)

A cet égard, une décision a été prise d'utiliser et de promouvoir ledit terme dans toutes les communications écrites, orales et autres de l'espace public.

Il a été décidé aussi que la définition dudit terme sera comme suit.

Le Pokolj est le nom pour le génocide systématique de l'état commis contre la population serbe orthodoxe pendant la Seconde Guerre mondiale par l'Etat indépendant de Croatie sur son territoire entier.

Le Pokolj a compris plus d'un million de Serbes qui vivaient sur le territoire couvert par l'Etat indépendant de Croatie avant 1941.

Avec les dispositions légales adoptées par le Dictateur de l'Etat indépendant de Croatie, des ministères d'Etat et du Siege principal oustachi, tous les organes du pouvoir exécutif et du pouvoir judiciaire dans l'Etat indépendant de Croatie ont participé dans le Pokolj.

Le Pokolj, le génocide contre les Serbes orthodoxes, comprenait la terreur économique et la confiscation de la propriété privée, la restriction de mouvement et la ghettoïsation, l'organisation et la mise en œuvre des assassinats individuels et collectifs, déportation dans des camps de concentration, la conversion forcée au Catholicisme et l'expulsion sur le territoire de la Serbie occupée.

A Banja Luka, le 24 juin 2018

Merci de soutenir notre décision par votre signature.